Le plaisir de courir à Louverné (Mayenne)
Header

Trail du Pays Bleu (Renazé)

février 19th, 2018 | Posted by Webmaster in association
Dimanche 17 Février 2018 :
De notre envoyé spécial Pascal B.
Même si le bruit des gouttes de pluie sur les velux avaient fait naître quelques inquiétudes et même des regrets (en mode « mais pourquoi je me suis inscrit… »), nous étions 8 de Louverné running à nous aligner parmi les 455 partants au départ du Trail de l’Ardoisier (15 km).
L’échauffement débutait par la pose de la banderole, puis quelques tours de terrain.
Dès la sortie du parking, Bruno hésitait à laisser son camelback, sans que l’on sache bien si c’est parce que le temps n’était pas assez séchant à son goût ou si l’eau était trop lourde.
Le départ fut prudent pour tous : la rumeur annonçait un parcours difficile, et l’eau des premières flaques étaient plutôt fraîches avant que nous nous acclimations.
Après 10 premiers kilomètres dans la boue mais sans grosse difficulté, les choses se corsaient et nous dûmes aller à la mine.
Sur les chemins de schiste, plus agréables que la boue mais tout aussi glissants, l’avancée n’était pas plus rapide car le dénivelé devenait plus important.
A l’aide des cordes pour grimper, ou en mode patinage figures libres pour descendre, la moyenne s’en ressentit lourdement.
A l’arrivée, Sébastien assurait l’avant-garde, suivi d’Olivier, qui n’avait pas pris sa montre parce que c’était son premier trail et qu’ « il parait qu’il ne faut pas se fier au temps en trail ».
Bruno, qui n’avait pas réussi à boire une goutte d’eau de son camelback, prenait la suite : la paille c’est pas son truc !
Enfant du pays, Thierry bavardait à gauche à droite le long du parcours en évoquant ses souvenirs de jeunesse. Pas entamé pour un sous, il survolait la dernière surprise du bassin d’orage-roselière (50 mètres dans l’eau froide jusqu’aux genoux ou jusqu’aux cuisses selon le gabarit, la peur au ventre d’être attaqué par un ragondin) et mettait 50 secondes dans la vue de Pascal sur les 500 derniers mètres.
Laëtitia franchissait la ligne en jurant.
Au final ce furent les 2 bavardes Nathalie et Karen qui laissaient la plus lourde ardoise au chrono du Pays Bleu, en franchissant la ligne main dans la main.
 
Au classement, cela donne :
 
Class.
Doss.
Nom Prénom
Sexe
Catégorie
Au ravito
Gain
Temps Réél
Temps
Vit Moy
Ecart
74. 2401 POLLAS, SÉBASTIEN M (74.) V1M (22.) 31:17:00 -7 01:15:48 01:16:03 11.8 +00:14:29
123. 2051 BLANCHARD, OLIVIER M (123.) V1M (45.) 33:28:00 13 01:21:03 01:21:19 11.0 +00:19:45
267. 2455 SIGOGNE, BRUNO M (253.) V2M (46.) 37:50:00 22   01:31:34 9.8 +00:30:00
274. 2203 GAUTHIER, THIERRY M (259.) V1M (87.) 37:50:00 15 01:31:56 01:32:10 9.7 +00:30:36
280. 2087 BRETAUDEAU, PASCAL M (264.) V1M (88.) 38:29:00 34 01:32:43 01:32:58 9.6 +00:31:24
371. 2402 POLLAS, LAETITIA F (47.) V1F (23.) 39:03:00 -17 01:41:13 01:41:28 8.8 +00:18:19
396. 2088 BRETAUDEAU, NATHALIE F (58.) V1F (31.) 42:27:00 3 01:46:59 01:47:16 8.3 +00:24:07
397. 2021 BARANGER, KAREN F (59.) SeF (23.) 42:27:00 3 01:46:59 01:47:16 8.3 +00:24:07

 

A noter aussi la belle performance de David sur le Trail du Parageot (42 km) :
 
Class.
Doss.
Nom Prénom
Sexe
Catégorie
Licence
Club
Relais
Gain
Au ravito
Gain
Temps Réél
Temps
Vit Moy
Ecart
19. 2515 BOUHOURS, DAVID M (19.) SeM (11.)     1:33:26 (15.) -4 2:49:49 (12.) -7 03:48:19 03:48:23 11.0 +00:39:57
 
Un trail sympa, même si les conditions climatiques des jours précédents l’ont un peu transformé en mud day.
 
A bientôt pour de nouvelles aventures !
 
Vous passerez tous les deux à mon bureau, tenues non règlementaires !!!
Quoique pour Bruno encore surnommé QI de  2 comme il s’est si bien nous le montrer avec ses doigts, c’est irrécupérable !!!
   
  
Bon, l’article ne dit pas quelles têtes ils ou elles avaient à l’arrivée.
 
  

You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 Both comments and pings are currently closed.